Accueil > Mon Afrique > L`enquête de la CPI peut désormais s`étendre aux crimes commis depuis septembre 2002.

L`enquête de la CPI peut désormais s`étendre aux crimes commis depuis septembre 2002.

© Getty Images Vice présidente de la Cour Pénal International (CPI) Fatou Bensouda

Ce jeudi soir Selon une dépêche de  l’AFP la Haye – Jusqu`ici limitée aux violences post-électorales de fin 2010-début 2011, l`enquête en Côte d`Ivoire de la Cour pénale internationale (CPI) peut désormais s`étendre aux crimes commis depuis la tentative de coup d`Etat contre Laurent Gbagbo en septembre 2002.

– Le procureur Luis Moreno-Ocampo a été autorisé par les juges, dans une ordonnance datée de mercredi publiée jeudi, à enquêter sur des crimes contre l`humanité et des crimes de guerre, à savoir des meurtres et des viols, commis tant par les rebelles que par les forces pro-gouvernementales ivoiriennes.

« Les événements violents en Côte d`Ivoire au cours de la période allant du 19 septembre 2002 au 28 novembre 2010, bien que d`intensité variable et commis à des endroits et à des moments différents doivent être considérés comme une seule situation », c`est-à-dire faisant l`objet d`une seule enquête, ont estimé les juges de La Haye.

Pour les magistrats, « une crise continue liée à un conflit politique prolongé et à une lutte pour le pouvoir a culminé avec les événements à propos desquels la chambre avait précédemment ouvert une enquête ».

Le procureur de la CPI avait demandé par ailleurs aux juges à pouvoir enquêter sur la totalité de la période remontant jusqu`à la tentative de coup d`Etat contre Laurent Gbagbo le 19 septembre 2002, ce qu`il a obtenu.

« On a va regarder ce qui s`est passé depuis 2002 mais on n`a pas d`obligation d`enquêter sur ces crimes-là, on a maintenant la compétence pour le faire si on le souhaite et si on l`estime pertinent », a expliqué à l`AFP Pascal Turlan, conseiller au bureau du procureur.

 

Les crimes  Dans leur ordonnance, les juges évoquent notamment: l`exécution de 131 personnes par les forces rebelles le 6 octobre 2002 après la prise de la ville de Bouaké. Les 27 et 28 novembre 2002, les forces gouvernementales avaient tué 120 civils à Monoko-Zohi, un village près de Daloa, rappellent-ils.

Cette décision de la CPI fait appels a une autre affaire le charnier de Yopougon

Mais on se demande encore si la CPI ne va pas revenir  plus en arrière précisément en 2000 ou les crimes de sang ont commencé  en Côte d’Ivoire avec le charnier de Yopougon. Il faut signaler qu’aucune lumière n’a été faite sur ce Charnier de 150 personnes retrouver dans la commune de Yopougon au lendemain de la prise de pouvoir par l’ex-Chef d’Etat  en 2000. Affaire a suivre !!!

 

Catégories :Mon Afrique Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :